RSS
RSS

Test of Kyalister (bis)

Ancien forum d'Adamovitch's Manor FERME !
Nouveau forum de test pour Alister et Kya !
 

La tentation est une vipère [Maria Del Vibora, Finie]
Sam 28 Sep - 17:15
Maria Del Vibora
Serpent - Vipère de Schlegel
Hétérosexuel
Un boa au Mexique~ Mais pas que <3
Dominée ? Pas si sûr en fait~
134
Dans ton lit mon chou <3
+ Maître : Dimitri Adamovitch <3
Esclave
Joueuse
Serpent
http://adamovitch-manor.forumsgratuits.com/t125-la-tentation-est-une-viperehttp://adamovitch-manor.forumsgratuits.com/t126-la-tentation-est-une-vipere










DEL VIBORA MARIA
« Je vis de ce qui passe à ma portée et surtout de patience. (Massa Makan Diabaté) »


© Feat : Rias Gremory - High School DxD
Nom ; Maria
Prénom ; Del Vibora
Surnoms ; La Vipère
Âge ; Vingt et un ans
Dâte de naissance ; Vendredi 13 juillet 1890
Sexe ; Femme
Origines ; Sud Américaine
Groupe ; Esclave
Rang ; Docile
Orientation sexuelle ; Hétérosexuelle curieuse
Race ; Serpent - Petit - Vipère de Schlegel


Caractère
Manipulatrice - Joueuse - Téméraire - Cruelle - Menteuse
♛ Your Psychology
BE OR NOT TO BE, THAT IS THE QUESTION.
C’est quelque chose que l’on entend dire chaque jour. La femme (ou l’homme, pour ces demoiselles et messieurs joyeux) parfaite n’existe pas. Et nous ne parlons là plus du physique, mais bel et bien du caractère. Si ce genre de personne n’existe pas, c’est bien parce que trouver celui ou celle qui répondra à nos moindres désirs à l’instant même où ceux-ci effleurent notre esprit, c’est impossible. Il y a toujours des anicroches, des petits détails, qui font que deux personnes auront de quoi se disputer avec leur âme sœur. Enfin, celle qui sera quasiment parfaite pour l’un ne le sera pas pour l’autre.
Pourquoi je commence par cet état de fait ? Tout simplement car pour comprendre Maria, il faut comprendre d’abord ceci. Et comprendre que la seule envie qu’ait Maria soit de se faire passer pour la femme parfaite, de tous les hommes. Dans quel but ? Allons, c’est évident. Dans le but que les hommes la servent. Envers et malgré tout. Et surtout, envers le fait qu’elle soit une esclave.
Maria est une manipulatrice née. Elle analyse sa proie, afin de trouver ce qu’elle aime, ce qu’elle n’aime pas. Elle détermine son caractère, elle détermine sa façon d’agir. Afin de savoir comment elle, elle agira avec sa proie. Elle dira ce que celui qu’elle séduit veut qu’elle dise. Elle fera ce qu’il veut. Les plus naïfs penseront simplement qu’elle est née pour être esclave. Ceux avec un peu plus de jugeote comprendront qu’elle s’accommode du système, pour poursuivre son propre but. Mais ce but, quel est-il ? Il faudra là voir à travers ses nombreux mensonges pour le trouver.
Mais avant tout, comprendre à quel point la demoiselle est joueuse. Les défis, les paris. Elle adore. Elle serait prête à sans cesse se lancer dans de nouveaux jeux. C’est sa faiblesse. Elle y met même en jeu sa propre vie. Téméraire, risque tout, et trompe la mort. Pour gagner, elle est prête à tout. Mais ne la sous estimez pas. Si elle est excitée par la part de hasard de chaque jeu, elle sait mener sa barque, et fin stratège, elle saura attendre le bon moment pour lancer l’offensive. Elle se cache, elle attend, patiemment, et de la patience, elle en a à revendre. Le moment venu, son attaque foudroyante vous mettra ko en quelques secondes.
C’est un vipère, et elle agit en tant que telle. Ne pensez pas que vous avez là un toutou, loin de ça. Venimeuse, c’est votre cœur qu’elle attaque.
♛ Your Physical
BE OR NOT TO BE, THAT IS THE QUESTION.
Que regarderez-vous en premier, telle est la question qu’il faut vous poser, car ses atouts sont nombreux.
A commencer par ses yeux, deux yeux bleus, d’un clair presque surnaturel. Ils supportent difficilement la lumière crue, ou même la lumière du soleil. Elle se sent mieux à l’ombre la vipère. Dans l’ombre des arbres, ou des bâtiments, comme dans l’ombre d’un plus gros qu’elle. Elle a tant et tant évité le soleil, qu’en dépit de son origine, elle a la peau blanche. Une peau nacrée, douce, et pâle. Si pâle en comparaison de sa chevelure flamboyante, encadrant un visage plutôt rond, serti d’un nez en trompette et d’une bouche rieuse. Sa chevelure si longue, qui descend jusqu’à ses cuisses. Certaines mèches de devant quand à elles descendent jusqu’à sa poitrine.
Ah sa poitrine… Aucun œil ne peut la louper. Imposante, indécente, il n’en reste pas moins qu’elle sublime le corps gracile de la demoiselle. Son corps est fin, mais sa poitrine, elle, est ronde. Si elle parait si gigantesque, est ce à cause qu’autrement, la demoiselle est menue ? Elle ne mesure qu’à peine un mètre cinquante après tout. Pour même pas une cinquantaine de kilos. Un corps fin, mais doté de deux rondeurs destinées à piéger les hommes. La deuxième rondeur étant ses fesses, qu’elle balance de droite à gauche en un déhanché splendide alors qu’elle marche.
La demoiselle sait se mettre en valeur, et elle sait comment s’habiller en fonction de l’effet qu’elle veut donner. Tantôt, elle sera à la limite même de la vulgarité, alors que quelques heures après, elle montrera qu’elle sait s’habiller avec tout le bon gout des bourgeois de France et d’ailleurs. De catin, elle peut devenir grande dame de la société en un clin d’œil. Elle n’est pourtant pas caméléon. Non, juste vipère, et elle attend que sa proie ne vienne, en adoptant le masque qui l’appâtera.
Cependant, à force de jouer, elle a perdu. Et son corps garde une trace de cette défaite. Une cicatrice sur son ventre qui fut un jour tranché, afin qu’on en sorte un enfant
♛ Your Story
BE OR NOT TO BE, THAT IS THE QUESTION.
Pour certains, l’ordre de la Nature est immuable. L’ordre de la Nature, un ensemble de lois naturelles, telles que la vipère mange les petits mammifères et petits oiseaux, que les petits oiseaux mangent les vers, que les petits rongeurs mangent les graines… Et enfin, que les gros gabarits règnent sur les petits. Maria est une vipère, qui a toujours été consciente de sa force, de sa puissance. Elle n’a jamais cherché à défier les plus gros qu’elle, à bouleverser l’ordre naturel. Mais elle a cherché une chose. Elle a cherché à donner à sa descendance de la puissance. Elle a voulu établir une lignée non pas de simples et petites vipères. Mais une grande lignée de serpents puissants.

Un village d’Amérique du Sud, 13 juillet 1905

Tes quinze ans, tu les fêtes enfin. Quelle grande nouvelle. Autour de toi, tes six sœurs et tes trois frères t’observent. Ils n’aiment pas ton idée. Celle de partir. Au loin. Pour pouvoir fonder une famille ailleurs. Tes frères et tes sœurs sont déjà soit mariés, avec des enfants, soit promis. A des cousins, plus ou moins éloignés. Les vipères de Schlegel, à défaut d’être fortes, sont nombreuses, et patientes. Elle attendent que les plus gros tombent. Trébuchent. Qu’ils aient besoin d’eux. Mais toi, pour un membre de ce clan, tu es l’impatience même. Ironie du sort, lorsque l’on pense que tu es pourtant capable d’attendre des mois pour obtenir ce que tu veux. Mais en vérité, tu veux juste connaitre la gloire. Tu ne veux pas que seuls de lointains descendants réussissent à se faire un nom. Tu as ton projet. Tu porteras un fils. Un fils qui règnera sur les serpents du Mexique. Car il aura été conçut avec le fils unique de ceux qui dirigent actuellement le clan des boas constrictors. Tu as ton plan. Cinq ans ne seront de trop pour le mettre en action.

Mexico, 8 décembre 1907

Dans un grand manteau de fourrure tu parcours les rues sales de Mexico. Tu n’aimes pas l’hiver, il fait plus froid. Les autres, autour de toi, quand à eux, se demandent comment tu fais pour supporter si épais manteau. Puis, tu vois quelqu’un d’aussi couvert que toi. Tu souris. Il est si facile, lorsque la température baisse légèrement, de vous reconnaitre, entre serpents. Tu te dirige vers lui, et le salue d’un geste de tête.
« C’toi la nouvelle fille ? Parfait, suis moi, j’vais te montrer où tu bosseras. »
Les Boa n’étaient pas des enfants de cœurs. A Mexico, ils dirigeaient la vie nocturne, la vie souterraine. Pour aller à leur rencontre, elle avait été serveuse dans un petit bar. Danseuse dans un cabaret. Puis enfin, elle avait été engagée dans une maison de Boa.
« T’es une sacrée veinarde, d’avoir été engagée dans cette maison ci. Là, c’est réservé aux Boa. Et quand je dos Boa, c’est à ceux de la famille même que je pense. Même tous les bâtards n’y sont pas acceptés. »
En vérité, c’est à force de danser devant un Boa que tu t’étais faite engager. Les Boa n’avaient pas de cabaret, ils ne faisaient pas là dedans. Que dans les maisons closes, avec certes des représentations, mais celles-ci avaient plus pour but d’appâter le client que de ravir dans une soirée mondaine légèrement osée. Tu hoches de la tête. Le Boa que tu as séduit est justement l’un de ces bâtards qui y sont acceptés. Il t’avait supplié. De t’y faire discrète. De ne pas attirer le regard de Juan. S’il savait. Que seul Juan t’intéressait.

Mexico, Harem des Boa, 4 juin 1908

Tu t’allonges sur lui. Tu lui souris, tu l’embrasses avec envie. Puis tu embrasses sa mâchoire. Son cou. Ses pectoraux. Son ventre. Son aine.
« Détendez vous Seigneur Boa. Permettez que je vous décharge de la tension vous habitant. »
Tu le prends dans ta bouche, tu y mets tout ton art. Pour le faire succomber, pour le faire tien. Il ne résiste pas si longtemps. Tu as la manière de faire tomber les hommes.
Soudainement, alors même que tu t’apprêtais à  combler ton désir, la porte s’ouvre. Entre en furie celui qui t’a fait entrer ici. Jusque là, il avait été le seul à faire appel à toi, mais cette fois ci, tu avais réussi à mettre le grappin sur l’héritier.
« Maria ! Tu m’avais juré ! Qu’il n’y aurait jamais que moi ! »
Tu le fixes. Tu lui souris. Tu passes ta langue sur tes lèvres. Sournoise, tu réponds.
« Je fais ici mon devoir envers votre famille. Le Seigneur Boa m’a demandé. Comment aurais je pu lui dire non ? Si vous ne voulez pas que d’autres me touchent, épousez moi… »
Tu sens Juan rire. Il rit de ton insolence. Il rit car il sait que tu joues. Il connait déjà ton but. Mais tu n’as cure. Car tu sais que lui aussi est un joueur. Tu lui rends son rire. Tu te penches sur lui.
« Jouons ensemble, Seigneur Boa. »

Mexico, villa des Boa, 25 décembre 1908

« Non ! Je refuse ! »
La sentence du patriarche tombe. Celui qui t’a permit de monter si haut tombe de même. Il ne pourra t’épouser. Tu souris. Tu as gagné la première manche. Juan se glisse derrière toi. Il pose une main sur tes fesses. Ses lèvres dans ton cou.
« Tu gagnes ce pari, Maria. Tu es devenue officiellement ma propriété, mon jouet. »
Les regards se posent sur toi. Intrigante, qui a réussi à séduire deux hommes de la famille Boa. Dont l’héritier. Ils sont tous cependant persuadé que tu aurais préféré le mariage avec le bâtard. Car Juan est déjà fiancé. A sa cousine éloignée. Celle-ci te fusille du regard.  Tu lui rendis son sourire, narquoise. Sans aucun doute, elle ne devait être complètement dupe.
« N’oubliez pas le deuxième pari Seigneur. L’enfant que j’aurais de vous. Boa, ou vipère ? »
Tu effleure son ventre. Pose sa main sur le tien. Avant de continuer.
« Il serait temps de donner la vie à ce ventre, n’est ce pas ? »
Tu le sens, comme il adore te voir jouer avec ta propre vie. Tu as de grandes chances de ne pas résister à la mise au monde d’un gros gabarit, mais tu n’en as cure. Car dès lors, cet enfant sera l’héritier du clan Boa. Tels sont les termes du jeu. S’il n’est que petit gabarit, alors, il ne sera jamais qu’un serviteur de son père, agissant pour lui dans l’ombre. Destin grandiose, ou destin minable d’un enfant, décidé par les parents, sur un pari où seule la chance interviendrait.

Mexico, villa personnelle de Juan Boa, 10 octobre 1909

Tu hurles. Il te découpe le ventre, il te le tranche en deux, ce médecin fou. Il a été décidé que ton accouchement serait par césarienne. Un tel acte médical se solde la plupart du temps par la mort de la mère. Mais l’être qui est en toi te déchirerait si jamais il venait au monde naturellement. Juan a d’autres projets pour toi, tu le comprends. La deuxième partie de pacte. Lorsque l’enfant naitrait, ta vie lui appartiendra, et il en ferait ce qu’il voudra. Un enfer, ou un paradis. Tu n’en as cure, tu étais prête dès le départ à mourir pour donner à ta lignée le prestige.
Juan n’est pas là. Il courtise sa femme, cette cousine, qui ne voit plus guère l’intérêt de l’épouser, maintenant, qu’un premier fils est là. Ton enfant devra faire preuve de courage, et d’intelligence, pour effectivement prendre la place qui lui est destinée. Mais comment en pourrait-il être autrement de ton fils, et du fils de Juan ?
Il sort de tes entrailles, te le vois, dans ton état de demi conscience. Tu tends les bras, la sage femme te le confie.
« Julio…. »

Mexico, villa personnelle de Juan Boa, 10 octobre 1910

Une fête grandiose est donnée. Personne ne te regarde, toi, tu es dans l’ombre. Dans le clan Boa, la naissance d’un constrictor par une étrangère, une petite vipère, n’avait pas été très bien accueillie, mais Juan était un homme fidèle à sa parole. Il était l’héritier, et même le patriarche avait été forcé d’accepter ce fait.
« Maman. Maman… »
Tu prends ton fils dans tes bras. Tu as eu un an. Un an avec lui. Pour l’allaiter. Pour lui apprendre les rudiments. Mais bientôt, tu allais devoir partir. Tu embrasses son front.
« J’ai à parler avec ton père. Amuse-toi bien. Mais surtout, reste prêt de Sebastian Julio. Tous ici ne te veulent pas que du bien. »
Elle rejoint celui à qui elle avait donné sa vie dans un vestibule.
« Maria… Un nouveau jeu, ça te tente ? »
Il lui sourit. Un sourire diabolique, à la limite du sadisme.
« Je vais te vendre en tant qu’esclave à une famille russe de cétacés, les Adamovitch. Je te connais, je sais que ceci sera un cadeau magnifique. Et un cadeau empoisonné… »
Tu comprends ce qu’il veut faire. Tu comprends déjà les règles du jeu. Vous vous comprenez si bien.
« Séduis-les. Qu’ils te veuillent tous, comme mon demi-frère te voulait. Comme je te veux. Pour qu’ils se déchirent. Détruis la hiérarchie. Nous leur apprendrons, à ces cétacés, qu’ils ne peuvent surpasser la ruse des Serpents, en dépit de toute leur puissance. »

Russie, Manoir Adamovitch, 10 janvier 1911

Tu marches fièrement, en dépit des liens qui t’enserrent les poignets dans les couloirs du manoir. Tu soupire. Ils étaient vraiment méfiants. Comme si tu avais l’intention de t’échapper. Tu étais même descendue de la calèche de toi-même, recevant une dernière fois une claque sur tes fesses de la part de Juan. Tu arrives aux cachots, tu regardes, d’un air dédaigneux, les autres esclaves. Ils te semblent pathétiques. Tu rejoins une geole. Une fillette est là, occupant la seule couchette. Tu lui donnes un coup de pied.
« Couche toi par terre, je prends la place. »
Elle n’ose même te défier, toi, dans ton grand manteau de fourrures, qui avait été encore doublé pour ton voyage en Russie. Il fait si froid ici, comparé à Mexico.
♛ Behind Your Character
BE OR NOT TO BE, THAT IS THE QUESTION.


Quel est ton p'tit pseudo ? Maku
Quel âge as-tu ? 21 ans
Comment nous as-tu trouvé ? DC
Changerais-tu quelque chose ? Hu hu
Quel est le code du règlement ? Aie confiaaaaansssss~
Là tout de suite plutôt fraise ou banane ? Fraise o/

_________________

Re: La tentation est une vipère [Maria Del Vibora, Finie]
Dim 29 Sep - 17:34
Eva Adamovitch
Cétacé - Beluga - Poids Lourd
Homosexuel
Ah ah~ Je suis mariée voyons~
Dominante
495
Cherche moi~
Sylvia Brown, Alexandra Antropov & Abigail McKennit
Te maltraiter cela compte ? Et chef de la famille Adamovitch à mes heures perdues.
Sarcastique~
Cétacé
http://adamovitch-manor.forumsgratuits.com/t30-l-influence-que-peut-exercer-une-adamovitchhttp://adamovitch-manor.forumsgratuits.com/t29-les-rumeurs-courants-sur-une-femme-manipulatrice
J'aime ton histoire <3 Code bon, tout est ok je valide^^


Tu es validé
Tu peux maintenant aller faire ta fiche de rps et ta fiche de liens pour que nous puissions te découvrir d'avantage et suivre ton personnage fraîchement validé dans ses folles aventures au manoir. Que tu sois un membre de la classe supérieure ou de la classe inférieure peut importe, mais nous te conseillons d'aller faire un tour vers les demande de propriétés pour que tu puisses posséder un domestique et des esclaves ou bien un maître. Pense également à faire ta demande d'appartement si tu es un Adamovitch ou un noble, en prenant garde à faire attention au lieu choisi pour ta résidence. Après tout cela, tu seras fin près à nous rejoindre en zone rpg. Et si tu faisais une petite demande de rp ?


_________________
L'amour n'est que superflue, ce qui compte c'est le pouvoir...

Victime du jour : Invité ♥️

Ma fiche de présentation~  

Mes adorables relations~

Mes déboires en rp~




Sauter vers: